الإشهار 2
ads980-90 after header

Le Ramadan en France ou lorsque spiritualité et convivialité se conjuguent à la perfection

إشهار مابين الصورة والمحتوى
الإشهار 2

A l’instar de leurs coreligionnaires de par le monde, les Musulmans de France accueillent le mois sacré du Ramadan dans la piété et le recueillement et s’apprêtent à vivre intensément cette période d’abstinence et de haute spiritualité dans une ambiance empreinte de sérénité et de grande convivialité.

Pour que ce mois béni se déroule dans les meilleures conditions pour les fidèles, les plus grandes Fédérations représentant les Musulmans de France (quelque 9 Fédérations) ont pris leurs dispositions, longtemps à l’avance, pour le réaménagement et parfois même l’extension des lieux de culte où seront officiées les prières prescrites mais aussi surérogatoires (Tarawih), eu égard à l’affluence tout à fait particulière qu’ils connaissent de la part de fidèles de différentes nationalités.

C’est dans ce cadre que les 700 mosquées relevant de l’Union des mosquées de France (UMF), à leur tête celle d’Evry Courcouronnes (banlieue parisienne), ont accueilli 164 imams, prédicateurs et mourchidates, dépêchés du Maroc en vue d’assurer en ce mois sacré l’encadrement des fidèles musulmans, notamment ceux originaires du Maroc.

Dans un pays où l’Islam est la seconde religion avec près de cinq millions de fidèles, ces imams, prédicateurs et prédicatrices devront, outre le volet relatif aux pratiques cultuelles proprement dites, animer des conférences et des veillées religieuses dans le plein respect des constantes religieuses et doctrinales du Royaume.

Cette atmosphère empreinte de grande fraternité entre les fidèles s’étend en dehors des mosquées aux voisins, amis et connaissances appartenant en particulier aux autres religions célestes qui n’hésitent pas à répondre volontiers aux invitations à partager le repas de rupture de jeûne (Ftour), une occasion d’échanges mutuellement instructifs sur plusieurs questions aussi bien d’ordre cultuel que culturel dans un climat de convivialité et de respect mutuel.

Les fidèles, en particulier les plus jeunes parmi-eux, s’organisent également pour programmer des Iftars collectifs à l’extérieur (jardins, parcs, esplanades de monuments historiques…).

L’année dernière, des centaines d’Iftars avaient été organisés via les réseaux sociaux sur les pelouses du Champ de Mars (au pied de la Tour Eiffel) ou aux abords des Invalides et à l’esplanade de la Défense, avec la participation de milliers de personnes, sans distinction de confession ou de croyance, une occasion d’échanges instructifs, de fraternité et de partage.

A Paris, plusieurs quartiers à forte densité d’immigrés, notamment maghrébins (Barbès, Saint Denis, Clichy..), les restaurants adaptent aussi leurs menus pour offrir aux jeûneurs des mets et préparations halal à même d’assouvir leurs envies après plus de 17 heures d’abstinence.

Du reste, la demande sur les produits halal en France bondit durant la période du Ramadan, une aubaine pour les commerçants, à commencer par les moyennes et grandes surfaces, qui en viennent à leur aménager des rayons entiers.

Selon des chiffres publiés l’année dernière par l’agence de communication ethnique Solis, le marché halal a connu en l’espace de dix ans, une croissance exponentielle en France et son chiffre d’affaires dépasserait les 5,5 milliards d’euros, soit une hausse de 10 à 15% par an.

Par ailleurs, les bienfaiteurs redoublent, en ce mois d’entraide et de partage, d’initiatives au profit des nécessiteux, Musulmans ou non, en leur offrant le repas de la rupture de jeûne et parfois même celui du Shour.

Les aides sous forme de denrées alimentaires et de dons en espèces aux démunis comptent aussi parmi les manifestations de solidarité en ce mois béni durant lequel le vivre-ensemble prend toute sa dimension.

Sur un autre plan, le Ramadan constitue une occasion pour les expatriés marocains pour se réunir en famille ou avec des amis ou voisins pour des soirées empreintes de chaleur et de cordialité.

Si en cours de semaine, la contrainte du travail impose d’abréger ces soirées, celles-ci s’étendent en longueur durant le week-end pour durer presque jusqu’à l’heure du Shour.

Au cours du mois du Ramadan, les familles multiplient également les sorties en soirée pour assister notamment aux nombreuses manifestations culturelles et artistiques qui égayent la vie nocturne à Paris.

Il va sans dire que les familles musulmanes ont, depuis déjà quelques temps, fait leurs emplettes en produits de grande consommation en ce mois béni, notamment les indispensables dattes, et que les ménagères ou du moins celles dont les conditions le permettent, ont achevé la préparation de mets et spécialités prisés durant le Ramadan, telle l’incontournable Chebbakia ou encore le sfouf, les briouates et autres gâteaux succulents aux amandes qui garnissent la table au moment de la rupture du jeûne.

Pour ceux ou celles dont les conditions ne le permettent pas, l’offre sur les marchés est particulièrement alléchante. Il suffit de faire un tour du côté des quartiers à forte densité de population arabe et musulmane pour s’en rendre compte. L’embarras du choix en produits ramadanesques de toutes sortes y est réel. Aux côtés des commerces dédiés à tout ce qui est pâtisserie, de nombreux commerces et étals de fortune y proposent des spécialités et chhiwates de tout genre, marocaines, algériennes, tunisiennes… de quoi assouvir toutes les envies.

C’est dire que les Musulmans de France s’efforcent, en dépit de la nostalgie de leur pays d’origine, de vivre pleinement le mois sacré, en conjuguant spiritualité et convivialité à la perfection et en faisant prévaloir les sentiments de fraternité et valeurs d’amour, de partage et de solidarité prônées par l’Islam véritable.

Par: MAP


ads after content
الإشهار 3
ARTICLES LIÉS

Poster un Commentaire

avatar
500